Livraison en 4-5 jours ouvrables et gratuite en France métropolitaine à partir de 120€

Ethique, durable, ou équitable : ce sont des termes qu’on entend de plus en plus pour parler de la mode et chez Wayuu, on a envie de dire « tant mieux ! ». En effet, cette mode plus responsable vient contrer les effets néfastes de la fast fashion, avec un autre modèle économique qui limite l’impact écologique de l’industrie textile. Les créateurs de marque éthique ont à cœur de montrer qu’il est possible de créer des produits textiles et accessoires dans l’air du temps, tout en étant économiquement viable et en soutenant le développement d’une communauté et / ou d’un savoir-faire. Car le moteur de la mode responsable, c’est bien le désir de valoriser le talent des artisans, en revenant aux sources, via des modes de productions plus respectueux des hommes, des traditions, mais aussi de la planète !
Alors comment reconnaître une marque vraiment éthique et durable, et surtout en quoi cela peut-il vraiment aider à changer l’impact de notre consommation sur l’environnement ?

En quoi la mode responsable peut aider à changer le monde ?

La mode, une industrie vraiment polluante

100 milliards de vêtements vendus par an. Ce chiffre a lui seul démontre l’énorme impact de l’industrie de la mode sur l’environnement. D’autant plus quand on sait qu’un tiers de cette production ne sera jamais vendue. Des chiffres aberrants qui sont pourtant une réalité, engrangées par la fast-fashion. C’est cette dernière qui nous donne envie de toujours acheter plus, consommer… sur-consommer jusqu’à en oublier le véritable plaisir que peut parfois nous donner un objet ou vêtement que l’on possède.

De plus, outre les substances chimiques et les matières plastiques qui finissent dans les océans, une grande majorité de la production provient des pays où la main d’œuvre est moins coûteuse et où les conditions de travail sont bien plus précaires et moins réglementées qu’en Europe. La catastrophe du Rana Plaza illustre tristement ce constat alarmant.

Bien heureusement, une mode plus responsable et éthique émerge depuis quelques années, que ce soit dans l’utilisation de matière moins polluante ou recyclée, dans la façon de penser l’utilisation de nos vêtements afin qu’ils durent plus longtemps, ou par la valorisation d’un commerce équitable et d’un artisanat ancestral. L’envie d’acheter moins mais mieux gagne peu à peu les consciences, et nous ne pouvons qu’espérer tendre vers un nouveau mode de consommation bien plus responsable.

Car même si le meilleur vêtement est celui que l’on n’achète pas, nous avons (encore) besoin de nous habiller et de nous exprimer à travers notre apparence ; alors à nous de faire passer le message d’une mode plus éthique.

Cache-pot Chaman

Nos astuces pour identifier une marque responsable

Entre véritable bonne volonté et marketing vert bien mené, il est parfois difficile de ne pas s’y perdre ! Alors pour reconnaître les bonnes intentions derrière la fumée de magie verte, remettons les bases en place : la mode responsable est une façon de la consommer qui prend en compte les critères du développement durable. C’est¬-à-dire qu’elle doit être respectueuse de l’environnement, bénéfique pour l’économie (et d’autant plus locale), sans impact sur la santé, et aussi avec une influence positive pour la société. Il y a donc plusieurs façons d’être responsable pour les marques de mode ! Chez Wayuu par exemple, nous favorisons l’artisanat ancestral et l’économie locale (en Colombie et en France) ; et vous pouvez en savoir plus sur nos engagements éthiques et solidaires juste ici.
Alors voici quelques astuces pour s’assurer du bien-fondé de la démarche éthique d’une marque.

Chercher le lieu de fabrication

C’est généralement la première indication de la démarche éthique ou non d’une marque ! Certes le « made in France » ou « made in Europe » laisse entendre de belles promesses face aux marques qui délocalisent leur production en Asie ou en Afrique, mais tout n’est pas si blanc ou noir.
La production en Asie, Afrique, ou tout autre pays du Sud peut être faite de manière éthique, notamment avec des outils de certifications et de labels qui garantissent un respect de l’humain et de la planète. Cependant, lorsque c’est le cas, cela est généralement mis en avant ! Si ça ne l’est pas … il faut avoir des doutes !
De même, attention à l’appellation « made in France », autorisée par la loi lorsque la dernière étape de transformation du produit a été réalisée sur le territoire français. Il ne garantit donc pas la provenance des tissus, fils, accessoires … ni leur qualité !

Revoir ses connaissances sur les matières utilisées

Plusieurs façons de concevoir et consommer les matières premières font preuve d’une mode plus responsable. Ainsi, on peut prévaloir les matières naturelles et produites durablement, avec un impact limité sur l’environnement (fibres bio, teintures sans substances chimiques, etc.) ou s’intéresser aux matières recyclées, ou même upcyclées !
On favorisera ainsi les matières qui consomment le moins d’eau, et produisent le moins de déchets.
Enfin, le label Slow Wear est un gage de qualité, et vous pouvez retrouver de nombreux articles pour y voir plus clair sur toutes les matières textiles afin de comprendre laquelle est la plus éthique selon votre usage.

Labels et certifications, une marque d’engagement

Parmi la pléthore d’étiquettes pouvant garantir la démarche éthique et durable d’une marque, il est souvent difficile de s’y retrouver. Il en existe pour autant quelques-unes à garder en tête pour :
– Garantir l’éthique d’une marque de mode avec les labels Fair Trad ou Fair Wear Foundation
– Assurer la non-présence de produits dangereux pour la santé avec les labels Oeko-Tex ou GOTS
– Valoriser le respect des animaux avec le label PeTA

Décrypter le message transmis aux clients

Au milieu des sirènes chantant les louanges éthiques de leur marque, il est parfois difficile de ne pas faire naufrage en eaux troubles. De ce fait, derrière les belles paroles toujours plus éthico-responsable d’une marque, ce qui prévaut avant tout, c’est surtout la transparence !
Une marque qui en dit plus sur ses fournisseurs, sa manière de fabriquer, ou pourquoi elle a choisi tel ou tel matériau, c’est une preuve de confiance mutuelle. Et surtout, une marque qui n’a rien à cacher derrière un écran de fumée verte ne verra pas de problème à communiquer plus amplement sur son processus de conception.
Enfin, en cas de doute, il est toujours bon de contacter une marque afin d’en savoir plus ; une réponse ouverte et bienveillante (ou non) permet souvent d’y voir plus clair !

Identifier les « alertes rouges »

Souvent nommés « red flags », certains éléments préviennent directement du caractère non-durable d’une marque, comme :
– Des collections multiples ou une production en grande quantité
– Des conditions de travail sur la chaîne de production trop floues
– Un manque de transparence
– L’utilisation de produits toxiques avérée
Cette liste est non-exhaustive, et surtout, chacun place l’échelle là où il peut et veut, selon son cheminement vers une consommation plus raisonnée et durable de la mode.